Boukli vice-championne du Monde juniors ! 10 2019

Les championnats du Monde juniors se déroulaient à Marrakech au Maroc, du 16 au 20 octobre. Ils étaient deux de FLAM 91 à représenter la France.
– Le 18 : Francis DAMIER (-90 kg) est éliminé dès son premier combat par l’Allemand Mai qui le contre à deux reprises.
– le 16 : Shirine BOUKLI (-48 kg) n’a pas manqué l’occasion de confirmer sa médaille européenne en atteignant de nouveau la finale. Elle bat successivement la Colombienne Lasso, la Marocaine Eddinari, la Japonaise Watanabe avant de s’imposer en demi-finale face à la Turque Beder par 3 shidos alors qu’elle était menée waza ari.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En finale, elle s’incline face à la deuxième Japonaise, Koga, par deux waza ari concédés sur o uchi gari.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une saison exceptionnelle pour Shirine qui a enchaîné les succès durant sa dernière année chez les juniors :
– championne de France juniors
– championne de France 1ère division seniors
– vice-championne d’Europe juniors
– et désormais vice-championne du Monde

« Une première médaille mondiale pour Shirine qui en appelle obligatoirement beaucoup d’autres, après une journée incroyable ! », précise Florent Urani qui l’accompagnait sur ce championnat du Monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lu sur le site de « L’Esprit du judo » :
Boukli, valeur sûre
« Elle était l’une des plus crédibles chances de médaille du clan français après son podium continental. Toutefois, avec la présence des deux Kazakhstanaises, Tynbayeva et Nauatbek (n°1 et 5 mondiales) et de la Brésilienne Laura Ferrera (n°2), on se disait que l’accession à ce podium mondial serait un chemin ardu à traverser. Plutôt épargnée au tirage, Shirine Boukli était dans le dur dès le premier combat face à la Colombienne Lasso, la faute à un engorgement récurrent des jambes et des avant-bras lors de ses premiers combats expliquait-elle à la descente du podium, dans une analyse « à chaud » de sa journée pleine de pertinence et de recul. Elle passait finalement au golden score, avant de contrer la Marocaine Eddinari et ainsi retrouver la Japonaise Watanabe en quart de finale. Très à l’aise en gauche/droite, la Française, sur la deuxième séquence, plaçait l’un des mouvements de la journée avec un uchi-mata-sukashi tout simplement parfait ! En demi-finale, elle s’imposait à la Turque Beder, toute en posture face à une adversaire lui ayant marqué un (peu évident) waza-ari avant d’adopter une défense excessive qui la faisait sortir en dehors du carré jaune pour une troisième pénalité. Seule Wakana Koga trouvera finalement la solution face à la Tricolore avec un o-uchi-gari à gauche très bas (presque à genoux), bloquant la cheville puis poussant son adversaire sur le dos.
Bien rentrée dans son combat, la Française confiait n’avoir finalement pas vraiment de regrets, dans ce remake de la finale du tournoi juniors d’Aix en Provence il y a presque un an comme le faisait remarquer son entraîneur de club, Florent Urani.
Aujourd’hui, Shirine Boukli boucle d’une fort belle manière ses années juniors et une saison quasi parfaite : championne de France seniors première division 2018, championne de France, vice-championne d’Europe et donc vice-championne du monde juniors. De quoi être plutôt satisfaite ! Ce qui frappe chez cette judokate très performante depuis les cadettes, c’est une constante presque intransigeante à respecter les schémas tactiques mis en place lors de ses combats. Les moments faibles, ceux où la déconcentration se paie cash à ce niveau ? Elle ne connaît pas. Du moins pas ce mercredi. Aujourd’hui, la Française n’a pas fait d’erreur, n’a laissé aucune opportunité, ou presque, à ses adversaires pour la mettre en danger. Dans ses oppositions contre des gauchères (les deux Japonaises entre autres) Boukli a montré, en outre, un sens de l’anticipation félin ne cédant que face au « spécial » de Wakana Koga. Shirine Boukli ? Du solide et du sûr. »

 

 

Attachment