JO de Rio : Van Snick et Khyar sont battus

Charline Van Snick (-48 kg) et Walide KHYAR (-60 kg) sont battus tous les deux par les Brésiliens.

Samedi 06 août, c’était le premier jour de compétition après la cérémonie d’ouverture, c’était aussi le premier jour pour le judo.

Charline VAN SNICK (-48 kg) est battue au deuxième tour
Elle bat la Roumaine Ungureanu au premier tour (ippon) mais elle s’incline d’un yuko face à la tenante du titre, la Brésilienne Ménézes.

Walide KHYAR (-60 kg) est battu au deuxième tour
Il passe facilement le premier tour face au Palestinien Yacoub qui est totalement dominé au kumikata (2 shidos) et rapidement éliminé pour une main au pantalon (hansokumake).
Au deuxième tour, l’adversaire est plus solide. Il s’agit du Brésilien Kitadai, médaillé de bronze aux derniers Jeux et n°16 mondial. Mais Walide le domine nettement dans la première partie du combat et mène de deux shidos. Un avantage qu’il semble en mesure de conserver mais le Brésilien revient dans le combat (shido pour Walide) et à deux secondes du gong, réussit à contrôler la manche et marque yuko sur makikomi. Walide est éliminé. Un combat très frustrant, au goût amer…

2016 08 06 Rio3

2016 08 06 Rio1

2016 08 06 Rio2

Lu sur le site de « alljudo.net » :
« Après un premier tour passé sans encombre face au Palestinien Yacoub, disqualifié pour saisie à la jambe, Walide Khyar s’est incliné au 2e tour face au Brésilien Kitadai. Bien dans son combat, le champion d’Europe prenait progressivement l’ascendant et menait deux shidos à un à quelques secondes de la fin. Porté par son tempérament généreux il continuait de se livrer et se faisait enrouler sur un makikomi compté yuko à 3 secondes du terme. Une défaite qui n’est pas sans rappeler celle concédée en demi-finale des derniers Masters… ‘C’est un combat que j’aurais dû gagner’, a commenté Walide Khyar. ‘Je pense que j’étais au-dessus. Perdre à 3 secondes de la fin aux Jeux olympiques, c’est dur, c’est vraiment dur, surtout que je l’avais déjà battu et que je me sentais vraiment bien sur le combat. C’est une grosse, grosse déception. Je lui donne à manger en allant le chercher alors que le combat est presque fini. Je lui donne le point. Je n’étais pas obligé de faire ça. (…) Ca m’apprendra pour la suite. »

Lu sur le site de « L’Esprit du judo » :
« 
Quant à notre enthousiasmant champion d’Europe, Walide Khyar, on savait au départ que son judo « à risque » était du genre à lui valoir ce genre de déconvenue. Face à l’expérience du Brésilien, il aurait fallu gérer, ce qu’il n’avait pas fait à Kazan, pour le plaisir de tous, se faisant marquer, mais avec à chaque fois le temps de revenir. Cette fois, à treize secondes de la fin – treize, ça porte malheur – il fallait faire autrement. Ce qui nous rappelle la particularité des Jeux : tout est plus intense, les erreurs ne pardonnent jamais, chaque instant y est couperet et on y vit plus de déconvenues que de miracles. La France perd, avec la « naïveté » de Walide Khyar, l’occasion d’une dynamique qu’il pouvait susciter en exploitant mieux un tirage plutôt bon.  Ce ne sera pas le cas, tant pis. La deuxième donne est déjà faite, on remet tout en jeu demain.
Le jeune champion d’Europe abattu mais lucide sur son échec. Après avoir pris du temps pour commencer à digérer son élimination prématurée, Walide Khyar a joué le jeu du debriefing avec le regret de ne pas avoir su temporiser en fin de combat alors que le Brésilien Kitadai, émoussé, ne l’avait jusque-là pas mis en gros danger. »

Attachment