Khyar 2e et Le Blouch 5e à Antalya 04 2021

Après le forfait de toute l’Équipe de France, garçons et filles, au Grand Slam de Tbilissi (Géorgie) en raison de plusieurs cas de Covid, deux athlètes du FLAM 91 étaient sélectionnés dans l’Équipe de France sur le Grand Slam d’Antalya (Turquie) qui de déroulait du 1er au 03 avril.

Le bilan de Florent Urani :

« Très belle performance de Walide Khyar qui, après une blessure contractée sur le Masters de Doha et peu d’entraînement, réussit à décrocher la médaille d’argent ! Encore quelques réglages et la Marseillaise retentira ! 👊🏾🥈⚔️
Une journée à l’arraché pour Kilian Le Blouch
qui se termine au pied du podium. Quand l’envie et la caboche prennent le pas alors que les sensations ne sont pas là, tout est possible !
Félicitations pour vos parcours et pour ces points précieux récoltés pour la qualification olympique ! »

Lu sur le site de « L’Esprit du judo » :

En -60kg, Walide KHYAR, très solide toute la journée, retrouve le chemin du podium
Sa demi-finale contre le Turc Salih Yildiz (champion d’Europe et 3e aux championnats du monde juniors 2019), actuel 52e mondial, était mal embarquée. Mené d’un waza-ari, Walide Khyar ne s’est pourtant jamais affolé. Avançant, agressant en permanence son adversaire avec son bras droit loin dans le dos, le champion d’Europe 2016 lance un sumi-gaeshi tonique et fluide qui plaque le judoka du cru sur le dos. Alors que l’arbitre le désigne vainqueur, on voit le Tricolore grimacer, ayant visiblement mal à sa cheville blessée il y a quelques semaines et lourdement strappée. Se présentant toute de même en finale, Khyar reste sur son excellente dynamique mais se fait surprendre par un o-uchi-gari qui se transforme en ample uchi-mata du Belge Jorre Verstraeten. Une deuxième place, mais surtout une prestation volontaire et très appliquée. Voilà ce qu’il faut sans aucun doute retenir de la journée du n°1 français en -60kg. Avec cette médaille d’argent, Khyar empoche 500 points à la ranking-list, lui qui n’était plus monté sur un podium depuis le Grand Chelem d’Abou Dhabi 2019.

En -66kg, Kilian LE BLOUCH, sans vraies sensations, se classe 5e
Pas de médaille en revanche pour Kilian Le Blouch qui a donné explicitement l’impression de ne pas avoir des bonnes vibrations aujourd’hui. Battu en 1/4 de finale par l’Espagnol Gaitero Martin sur uki-waza, le médaillé européen 2020 s’appuie plus que jamais sur ses atouts physiques pour finalement vaincre aux pénalités le Marocain Boushita après 9’16 de golden score. Pour l’accession au podium, le Français retrouvait Nijat Shikhalizada, que le nouveau papa avait battu à Prague. Se souvenant sans aucun doute de ce combat, l’Azerbaïdjanais attaquait toujours le premier sans jamais laisser la possibilité à Le Blouch d’enchaîner au sol. Et sur une posture très latéralisée de ce dernier, Shikhalizada allait chercher la jambe éloignée en ni-dan ko-soto-gari qui plaquait le Tricolore sur le dos.
Joint ce soir, Kilian Le Blouch raconte : « Le bilan de ma journée ? J’ai eu tendance à sécuriser contre les judokas moins bien classés que moi. Je prends peu de risques, je les use au kumikata. Ce qui m’émousse un peu pour la suite. Pourtant, je me sentais bien sur l’Espagnol mais il me coiffe le triceps et me surprend avec son mouvement. Contre Shikalizada, je m’attendais à ce genre de début de combat. Il fallait que je laisse passer l’orage. Je lance un bon o-uchi-gari puis sur une action il arrive à venir me chercher la seconde jambe. Au final, je n’ai pas eu beaucoup de sensations, j’ai balancé des attaques mais sans vraiment d’efficacité. Pour le ne-waza, j’en place un mais les mecs m’ont étudié et m’attendent dessus. Il faut donc que je bosse sur l’entrée de ce mouvement. »

 

Attachment