Boukli et Iddir 5es à Budapest 10 2020

Après huit mois d’arrêt forcé, l’IJF World Tour a repris ses droits et l’équipe de France a effectué sa première sortie internationale lors du Grand Slam de Hongrie à Budapest qui se déroulait du 23 au 25 octobre 2020.

Vendredi 23/10, quatre athlètes de FLAM 91 ont représenté la France.
« Une première journée au Grand Slam de Budapest difficile pour nos sociétaires du FLAM 91, explique Florent Urani. Shirine Boukli est la mieux classée de nos quatre judokas en terminant au pied du podium. Malgré la déception des résultats bruts, il y a du positif à sortir de ces combats et des axes de travail pour la suite de la saison. Cette première compétition internationale depuis plusieurs mois servira pour la plupart de repère avant les championnats d’Europe fin novembre. »

Shirine BOUKLI (-48 kg) se classe 5e
Elle remporte les deux premiers combats face à l’Azerbaïdjanaise Gurbanli puis la Serbe Nikolic, avant de s’incliner face à la Kosovare Krasniqi, n°2 mondiale (3 shidos). Elle bat ensuite la Russe Dolgova mais laisse échapper le podium en perdant son combat face à la Serbe Stojadinov.
Lu sur le site de « L’Esprit du judo » :
« Shirine Boukli, épatante de résistance face à la très dure Kosovare Distria Krasniqi, future médaille d’or en -48kg, mais surclassée tout de même, superbe avec son sumi-gaeshi pour surprendre en vingt secondes la triple finaliste européenne russe Irina Dolgova… mais ratant le coche en place de trois face à la médaillée mondiale juniors 2019, la Serbe Stojadinov et ses uki-waza à répétition. »

Walide KHYAR (-60 kg) bat le Belge Verstraeten mais est éliminé au deuxième tour sur une action très litigieuse comptée ippon.
Lu sur le site de « L’Esprit du judo » :
« Quant à Walide Khyar, le leader aux points des -60kg français, il était victime d’une erreur d’arbitrage assez flagrante… mais n’en restait pas moins coupable de se faire « enclencher » en uki-waza par un Hongrois de passage, David Naji, trop heureux de se voir offrir un ippon sur la pirouette de sauvetage du Français. »

Kilian LE BLOUCH (-66 kg) bat L’Irlandais Burns puis le Serbe Buncic mais perd au troisième tour face au Russe Shamilov (3 shidos).


Reda SEDDOUKI (-66 kg)
perd au premier tour face au Moldave Bunescu qu’il semblait pourtant dominer.

Dimanche 25/10 :
Alexandre IDDIR (-100 kg) se classe 5e.
Il bat le Danois Madsen, le Suisse Imala et le Brésilien Buzacarini mais il perd en quart de finale, face au Belge Nikiforov. En repêchage, Il bat le Turc Sismanlar et livre un combat équilibré face au champion du Monde, le Portugais Fonseca, avant de s’incliner dans le golden score.
Lu sur le site de « L’Esprit du judo » :
« Côté masculin, Alexandre Iddir termine au pied du podium. Efficace tout au long de la journée avec son ippon-seoi-nage à droite, le Marseillais se fait surprendre deux fois ce dimanche : en 1/4 de finale par le Belge Nikiforov sur un o-soto-gari à gauche visiblement travaillé pendant le confinement. Mais également lors du combat pour le bronze par le champion du monde en titre, le Portugais Jorge Fonseca. Une rencontre frustrante puisque jusque là le technicien français avait totalement annihilé la stratégie de déstabilisation de son adversaire. Mais une faute de main au golden score et la punition tombait immédiatement. Dommage, car une fois de plus le Français a montré que ses capacités lui donnent la légitimité à viser une médaille, y compris lorsque la catégorie est très relevée. Mais comme (trop) souvent, on aussi assisté à l’incapacité du -100kg à saisir les occasions de tuer un combat, de punir son adversaire lors de ses temps faibles. »

 

Attachment